Nous effectuons actuellement des mises à jour au site, ce qui peut occasionner certaines erreurs. Nous nous excusons des inconvénients.

Révisé le 5 juillet 2023

Certifications, reconnaissances et comment anticiper le marché 

7 minutes de lecture
Partager cet article

Pourquoi faut-il sans cesse renouveler ses compétences ?

Lorsqu’un individu démarre à son compte, il a habituellement plusieurs années d’expérience en TIC et est compétent dans son domaine. Le salarié qu’il est encore prend conscience de la valeur de ses compétences sur le marché; saute sur une opportunité et se lance en consultation. S’il réussit à faire ses preuves, tout va bien, des collègues et/ou clients le réfèrent à de nouveaux clients et la roue tourne.

Le consultant surfe sur ses connaissances de départ. Toutefois, les TIC évoluant constamment, vient un jour où :

  • Le consultant s’ennuie dans ses mandats
  • Ses compétences sont moins en demande
  • Ses compétences sont carrément désuètes

Le consultant vit alors le syndrome du citron. Il a l’impression que son (dernier) client va lui extraire tout son jus et le jeter quand il n’y aura plus rien à en tirer.

Quelle horreur! Aucun consultant ne souhaite se trouver dans une si fâcheuse position. L’article qui suit propose quelques réflexions pour parer à cette éventualité.

« Lorsqu’un individu démarre à son compte (…). Il a conscience de la valeur de ses compétences sur le marché »

Il y a-t-il des obstacles à la formation du consultant ?

Obstacle n°1 : se former chez le client

Le consultant craint que leur client ne soit pas intéressé à le former. Qu’il se rassure, les clients ne sont généralement pas intéressés à le former, pas plus qu’ils ne sont nécessairement intéressés à former leurs employés qui risquent alors de les quitter pour devenir consultants… que c’est bête.

Il y a bien sûr des exceptions à cette règle. Il arrive dans le cadre de projets que  le consultant, en tant qu’élément clé, bénéficie de la formation sur une nouvelle technologie. Un consultant qui voit passer un tel mandat doit sauter sur l’occasion.

Obstacle n° 2 : obtenir des mandats hors de son créneau

Le consultant craint de ne pas trouver de mandats par manque d’expertise dans sa nouvelle compétence. C’est une question de mise en valeur. Il doit présenter cette nouvelle compétence comme une corde de plus à son arc.

Le consultant doit se rappeler que la plupart des clients se contentent de faire partie de la majorité tardive dans la courbe d’adoption des nouveautés d’Everett Rogers. Il suffit donc au consultant d’avoir d’un train d’avance sur son client pour être en bonne posture.

Obstacle n° 3 : manquer de temps, d’énergie, etc.

La procrastination est un des grands obstacles à toute amélioration de soi. Le consultant doit se rappeler que la loi de Pareto s’applique aussi à sa vie : 20% des tâches produisent 80% des résultats. Il faut éliminer de sa vie les tâches sans valeur ajoutée. En réorganisant sa routine; le consultant est en mesure de libérer de 1 à 2 heures par jour pour sa formation. 

Le procrastinateur a tendance à craindre pour sa santé. Qu’il se rassure; plusieurs études, dont celle de Daniel Fujiwara en 2012, présentent les effets positifs de la formation continue :

  • Une amélioration de la santé ;
  • Une plus grande proportion à trouver du travail ou à le garder ;
  • De meilleures relations sociales ;
  • Une plus grande proportion à s’impliquer bénévolement.
Obstacle n° 4 : craindre l’échec

Le client qui engage le consultant s’attend à une plus value; il souhaite que le consultant puisse l’éclairer. Le consultant est paralysé à l’idée de se tromper.

Le consultant doit cesser de craindre l’échec. Il va échouer. Ce qui importe, c’est qu’il se relève et qu’il continue d’aller de l’avant. Les TIC sont en constante évolution, les technologies apparaissent et disparaissent; certaines plus rapidement que d’autres.

Il importe de toujours tirer profit de chaque échec. Chaque nouvelle expérience s’ajoute au bagage de connaissances.

« Fail fast, fail forward, fail better. »

Eric Qualman

La veille technologique a-t-elle son utilité ?

Le consultant doit assurer une veille technologique. A l’heure du WEB 2.0, c’est une partie de plaisir; tout consultant le moindrement curieux peut s’inscrire à de nombreux sites, forums, groupes LinkedIn et associations qui vont lui permettre de maintenir ses connaissances à flot et de se tenir informé des nouvelles tendances. 

Aucun consultant ne peut se soustraire à cette responsabilité; cela demande peu d’effort et est nettement plus gratifiant que d’atteindre un autre niveau à Candy Crush.

Le WEB 2.0 a démocratisé la maxime « Publish or Perish ». Tout consultant soucieux de son image digitale devrait au minimum partager des articles d’intérêts, donner son avis lorsqu’il le juge pertinent (attention à se relire plusieurs fois avant de publier); et, s’il a le temps et le talent, maintenir un blogue. Le blogue est une publicité fort rentable lorsqu’il réussit à attirer du trafic ; mais attention, il est encore plus essentiel d’être pertinent avec une telle vitrine. 

Qu’en est-il des certifications et diplômes?

L’expérience remplace le diplôme jusqu’à un certain point. Un consultant qui présente dans son CV des formations non complétées dégage l’image de quelqu’un incapable d’achever ce qu’il entreprend. À moins d’avoir bâti des empires comme Jobs, Gates ou Zuckerberg, il est bénéfique de pouvoir compléter au moins un AEC ou un certificat. Les clients veulent un consultant capable de livrer.

La majeure partie des compétences en TIC ne sont pas obtenues dans des cursus académiques mais par des formations professionnelles.

Outre la lecture d’ouvrages et les cours magistraux, il existe de nombreuses conférences, webinaires et cours en ligne permettant d’approfondir les sujets d’intérêts. En effectuant sa veille technologique, le consultant est en mesure de saisir les occasions de formation.

Les diplômes académiques et les formations professionnelles ne suffisent plus. De plus en plus d’associations professionnelles offrent des certifications. Le consultant d’expérience non certifié peut se trouver rejeter si la certification est un critère de sélection déterminant (ce qui est souvent le cas du PMP). 

Un consultant d’expérience n’a aucune raison de bouder les certifications. Un nouveau défi professionnel a du bon ; se retrouver hors de sa zone de confiance est stimulant et la réussite après tous les efforts est incroyablement gratifiante. Sans compter que les corpus de connaissances – bodies of knowledge comme le PMBOK pour la gestion de projet ou le BABOK pour l’analyse d’affaire – sont des condensés de ce que des groupes de spécialistes mondiaux considèrent comme essentiel pour la pratique d’une profession. Ce n’est pas rien; quel consultant peut se croire au-dessus de tout ça?

Comment anticiper les besoins du marché et donc, se perfectionner en conséquence ?

« Doing what you like is freedom. Liking what you do is hapiness. »

Frank Tyger

Repartons du point de départ. Le consultant était compétent dans son domaine parce qu’il aimait ce qu’il faisait. C’est la clé. À quoi sert d’anticiper les besoins du marché si c’est pour aborder un terrain sans intérêt ?

Les besoins en TIC couvrent un vaste territoire qui n’arrête pas de s’étendre. En regardant les offres de mandats sur les sites, le consultant peut voir les compétences en demande dans les domaines qui le stimulent. Le consultant doit continuellement chercher à maintenir sa flamme. Lorsqu’il parle de son domaine de compétence, ses yeux doivent briller.

Quel budget allouer à la formation ?

Il faut se rappeler que le gouvernement exige des entreprises qu’elles allouent 1 % de la masse salariale à la formation de la main-d’œuvre si cette masse dépasse le 1M$. Dans un domaine de pointe comme les TIC, 1 % est insuffisant. Pourquoi ne pas allouer le montant d’une semaine de vacances dans le sud à la formation? Cela évite les risques d’un cancer de la peau et d’une obsolescence professionnelle. Que du bon !

Par chance, plein de possibilités s’offrent au consultant qui souhaite éviter de gruger son budget vacances. En étant actif sur le Web et dans sa communauté, on déniche de nombreux Webinaires et conférences gratuits ou à peu de frais. Il suffit d’être connecté. En particulier, il est important de noter que les bénévoles ont souvent accès aux événements gratuitement. 

Qu’en est-il de l’intelligence émotionnelle ?

Les professionnels des TIC ont longtemps trainé la mauvaise réputation d’être des bestioles asociales. Ce n’est plus le cas.

Tout ce qui ne demande pas de connaissance du domaine d’affaire peut être sous-traité en Asie; inutile pour le consultant d’essayer de rivaliser avec cette main d’œuvre. Il lui reste donc d’être en mesure de parler à son client dans son langage d’affaire.

« Être Passionné ! »

La connaissance de l’entreprise et du marché est un atout. Il ne suffit pas de savoir, il faut aimer; toujours se rappeler ce qui a fait notre succès initial et l’appliquer au domaine d’affaire. Le client sera toujours plus en confiance s’il considère le consultant comme un Être Passionné ! 

Une autre carte décisive dans la main du consultant est sa capacité à être un joueur d’équipe apprécié. C’est encore mieux s’il est en mesure d’améliorer la performance de l’équipe. Là-dessus, de nombreux écrits et conférences Agile existent pour aider le consultant à acquérir des connaissances dans ce domaine. L’équipe transcende l’individu; lorsqu’un consultant travaille en équipe, le client considère alors le consultant comme partie prenante du succès de l’entreprise et non plus comme un pion interchangeable.

Quelque soit le bagage de connaissances accumulées, la capacité du consultant à établir un lien de confiance avec le client est essentielle; il ne faut jamais hésiter à améliorer ce dernier élément … qui est en fait le premier élément; tout se jouant souvent dans les premières secondes de l’entrevue.

Jeanne-Estelle THÉBAULTconsultante indépendante en TIC
Trésorière de l’AQIII


Trucs et astuces

Il arrive dans le cadre de projets que le consultant bénéficie de la formation sur une nouvelle technologie…

La majeure partie des compétences en TIC ne sont pas obtenues dans des cursus académiques mais par des formations professionnelles. Les bénévoles ont souvent accès aux événements gratuitement

Voici un aperçu des offres de contenu offertes aux membres. Veuillez vous connecter pour avoir accès à toutes les informations.​